13-19 mai 2019

Femmes et Culture : 3 questions à Julie Scheffer, des Archives de France

16 juin 2017 |

Femmes et Culture : 3 questions à Julie Scheffer, des Archives de France

Julie Scheffer est responsable internet et médias sociaux au Service interministériel des Archives de France, du ministère de la Culture.

1. À titre personnel, pourquoi êtes-vous présente sur les réseaux sociaux ?

Je distingue les usages selon les réseaux sociaux : j’utilise par exemple Twitter, LinkedIn et Pinterest pour ma veille professionnelle ; Twitter en particulier parce qu’il me permet d’échanger facilement avec des personnes qui seraient moins accessibles en vrai, et Pinterest comme mémo pour des infographies que je réutiliserai dans mes formations. Je suis sur Facebook principalement à titre privé, pour garder contact avec ma famille et mes amis, installés aux quatre coins de la France, et même jusqu’en Asie et au Canada. Quant à WhatsApp et WeChat, je les utilise pour discuter avec ma belle-famille et mes voisins ! Pour moi, chacun de ces réseaux, pour ne citer que ceux-ci, a sa spécificité.

2. Pourquoi avez-vous inscrit votre institution à la #MuseumWeek ?

Les Archives de France sont la tête du réseau des Archives publiques françaises, réparties sur tout le territoire. Mon rôle est d’encourager les services d’archives à participer à cet événement culturel international, de les guider dans leur démarche et de les mettre en avant, en particulier sur le compte Twitter @FranceArchives. À chaque édition, le nombre de services d’archives et d’archivistes participant croît considérablement, car nous y trouvons plusieurs points d’intérêts :

  • • la mise en avant de l’identité et des atouts de nos institutions
  • • le renforcement de la proximité avec nos publics
  • • une image modernisée de nos services
  • • et des contenus pertinents et adaptés à Twitter et autres médias sociaux

Le réseau des archives est très dynamique, a beaucoup de ressources à valoriser. La MuseumWeek offre une visibilité exceptionnelle et constitue surtout l’occasion d’interagir, dans la bonne humeur, avec des internautes, professionnels et néophytes, du monde entier.

3. Prévoyez-vous des contenus particuliers pour l’hommage aux femmes autour du mot-dièse #womenMW ?

Plusieurs services ont annoncé leur participation ces dernières semaines, à l’instar des Archives d’Orléans. Les publications mettront en avant les femmes dans les fonds conservés aux Archives, celles qui ont contribué à la création de ces fonds. Je m’attends aussi à découvrir des portraits des professionnelles d’aujourd’hui, à l’image des membres de l’équipe des Archives de Beaune, qui participaient pour la première fois à la MuseumWeek l’année dernière.

Vous pourriez aussi aimer